Les vertus du safran

Le safran favorise l’efficacité des antidépresseurs

Le safran n’est pas que l’épice la plus chère du monde. Selon une étude publiée dans Journal of Pharmacology, il améliore les effets des traitements contre la dépression.

  • Par Johanna Hébert
  • 28 Nov 2019
  • A A

    Le safran est généralement connu pour ses vertus antioxydantes, relaxantes et pour stimuler la digestion. Cette épice, issue d’une fleur mauve appelée Crocus sativus permettrait également de lutter contre la dépression. Et cela, lorsqu’elle est associée à des traitements classiques. C’est le résultat d’une étude, publiée dans la revue Journal of Pharmacology.

    Diminution des symptômes dépressifs de 41%

    Des chercheurs australiens ont fait participer 139 patients à cette étude. Les participants ont été séparés en deux groupes: dans le premiers, ils ont pris un placebo, dans le second, ils ont pris du safran sous forme de complément alimentaire. Au bout de huit semaines, les chercheurs ont constaté une diminution de 41% des symptômes de la dépression chez les patients ayant pris du safran, contre 21% chez les autres. De plus, l’équipe scientifique a également constaté “une amélioration de la qualité du sommeil, de l’esprit d’initiative et de la motivation” chez les personnes ayant bénéficié des compléments alimentaires.

    Un moyen d’éviter l’augmentation des doses

    Ce n’est pas la première fois qu’une étude est réalisée sur les bienfaits du safran sur les symptômes de la dépression. En 2017, des travaux montraient que l’épice était même aussi efficace que le Prozac® dans la dépression légère à modérée. De plus, le safran est utilisé depuis des millénaires, notamment sans la médecine traditionnelle perse, pour améliorer l’humeur. La présente étude, en revanche, est la première à présenter le safran comme adjuvant aux traitement antidépresseurs classiques. “Lorsque les antidépresseurs pharmaceutiques ne fonctionnent pas, la solution actuelle consiste à augmenter la dose ou à changer de médicament, ce qui risque d’augmenter les effets indésirables. Une nouvelle option pourrait être de combiner les antidépresseurs et le safran”, explique Adrian Lopresti, auteur principal de l’étude.

    Pour laisser un commentaire, Connectez-vous par ici.
    

    JDF